The gimp : Description de l’interface

Cet article est destiné à donner les bases de l’interface utilisateur du logiciel de retouche photo Gimp. Si vous souhaitez approfondir le sujet, n’hésitez pas à aller consulter la documentation (en français)  sur le site http://docs.gimp.org/fr/. J’en ai d’ailleurs repris quelques éléments dans cet article.

L’interface de cet outil étant très modulaire,  j’ai utilisé ici la configuration par défaut du logiciel. Vous pouvez rajouter ou enlever des fenêtres via le menu “Fenêtres” / “Fenêtres ancrables”.

On peut diviser l’interface en 4 parties importantes :

1. La boîte à outils : comme son nom l’indique, elle permet d’accéder à tous les outils que propose Gimp.
2. La configuration des outils : chaque outil propose plusieurs paramètres qui peuvent être réglés en fonction des besoins.
3. L’image en cours d’édition.
4. Les calques : cette fenêtre permet d’accéder aux calques, à l’historique des modifications, et à l’histogramme.

La partie 5 ici présentée permet de choisir les différentes brosses disponibles.

Intéressons nous à la première fenêtre présentant les divers outils de Gimp. Les huit premiers proposés sont ceux permettant de réaliser les sélections. Vous les utiliserez quasiment tout le temps. Il faut donc apprendre à bien les maitriser. Les deux premiers (rectangle et ellipse) permettent de sélectionner une partie de l’image selon la forme géométrique choisie.

L’outil suivant est le lasso, qui correspond à une sélection à main levée (en fonction des mouvements de la souris). Sélectionnez le, puis faites un clic droit sur l’image. Refaites un clic droit à un autre endroit et vous verrez apparaître une ligne droite. Si vous laissez appuyer le bouton, vous pourrez dessiner à main levée une sélection. Une fois la sélection terminée, double cliquez pour que la sélection soit activée (si la figure formée n’est pas fermée, Gimp s’en chargera en reliant le premier point déssiné et le dernier par une ligne droite).

Le quatrième outil de sélection est la baguette magique. Il permet de faire une sélection en fonction de la couleur (tous les points contigus à l’endroit où vous cliquerez seront sélectionnés). Il est possible de régler la tolérance dans la fenêtre 2.

Le cinquième outil correspond à la sélection par couleur. A la différence de la baguette magique, tous les points de l’image présentant la même couleur seront sélectionnés, même si ils ne sont pas contigus.

L’outil ciseau ressemble à l’outil lasso, sauf que Gimp utilise la reconnaissance des bords (transition) pour faire coller les points de sélection au plus près de la forme à sélectionner.

L’outil suivant est un peu plus complexe à utiliser. Il permet de faire une sélection sur un élément au premier plan. Je vous propose de suivre le tutoriel suivant pour comprendre comment il s’utilise.

Enfin, le dernier outil de sélection est le chemin. Il permet de placer des points et de définir les tangentes permettant de définir l’orientation de la sélection.

Les outils suivants concernent les transformations. Ils s’appliquent sur un élément de l’image déjà sélectionné. Vous pouvez y appliquer une rotation, une réduction / agrandissement, un cisaillement, une transformation des perspectives, ou un retournement.
Viennent ensuite les outils permettant de rajouter ou supprimer des éléments sur l’image, comme du texte, un dégradé, des dessins à mains levés, … L’outil que j’utilise le plus est sans doute le dégradé.

Nous arrivons maintenant aux outils de correction. Le premier, le tampon est très utile car il permet de cloner une zone de l’image pour la reproduire à un autre endroit. Je l’utilise beaucoup pour effacer une partie non souhaitée d’une photo (exemple, une trace de poussière sur un ciel bleu). Pour l’utiliser,  sélectionnez le,  appuyez et maintenez la touche “Ctrl” pour définir une zone à cloner. Ensuite, cliquez sur la partie de l’image ou dupliquer cette zone. Vous pouvez modifier la taille du tampon à l’aide de la fenêtre “Paramètres des outils”. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter ce tutoriel

L’outil suivant est le correcteur (en forme de pansement). Cet outil permet de corriger les petits défauts d’une image, par exemple les petits boutons sur un visage. Il évoque l’outil de clonage, mais travaille différemment. Les pixels ne sont pas seulement copiés de la source vers la destination, mais la zone autour de la destination est prise en compte dans le calcul.

L’outil suivant est le même que le clonage, mais permet d’appliquer des modifications de perspective. La goutte ajoute du flou ou de la netteté. Le dernier outil permet d’éclaircir ou d’assombrir une zone.

La fenêtre 4 donne accès à un certains nombres d’outils de représentation de l’image. On y trouve notamment les calques, qui sont au cœur du fonctionnement de Gimp. Une bonne façon de se représenter une image est de la voir comme une pile de transparents : dans la terminologie GIMP, ces transparents s’appellent des calques. Il n’y a pas de limite, autre que celle de la capacité en mémoire du système, au nombre de calques possibles. Il n’est pas rare, pour les utilisateurs avancés, de travailler sur des images contenant des douzaines de calques.
Sous Gimp, pour accéder à la liste des calques, cliquez sur l’onglet ci-contre.
On peut aussi au travers de cette fenêtre, accéder aux calques de couleurs (en cliquant sur le deuxième onglet). L’image est alors décomposée en 4 calques représentant ses composantes rouge, verte, bleue et alpha (transparence).
L’onglet suivant vous donnera accès à toutes les modifications effectuées sur l’image, et vous permettra ainsi de faire des retours en arrière si des corrections ne vous conviennent pas.
Le dernier onglet donne accès à l’histogramme. Il vous fournit des renseignements sur la distribution statistique des valeurs de couleurs dans le calque actif ou la sélection.

Tout ceci n’est qu’un petit aperçu des possibilités de Gimp. Je vous invite fortement à lire sa documentation très bien faite, disponible à l’adresse suivante http://docs.gimp.org/fr/.

Tags: , , , , , , , , , ,

Posted in tuto retouche by adm_erwan on 15/July/2010 at 11:23.

1 commentaire

Article précédent:
Article suivant :

One Reply

  1. Merci pour ces explications simples et claires. C’est un bon point de départ pour découvrir ce splendide logiciel qu’est Gimp!

    Et ne vous inquiétez pas, je ne compte pas en rester là, je compte bien lire tout le contenu de votre site!

    Bonne continuation,
    BolT1024


Leave a Reply