Accessoire Photo : le pied GorillaPod

De retour d’un mois de vacances passées en Nouvelle Zélande (oui je sais, le veinard :)), je tiens à faire un retour sur le pied GorillaPod que j’ai emmené avec moi. Ça fait longtemps que ce type de pied photo existe, mais j’étais jusque la un peu réticent. Je trouvais ça un peu cher pour simplement pouvoir poser l’appareil à 30 cm du sol… Mais ça, c’était avant !

Partir 4 semaines à l’autre bout du monde, c’est super, mais ça fait réfléchir à deux fois en ce qui concerne le matériel photo à emmener. Surtout dans un pays comme la Nouvelle Zélande, où la randonnée est l’activité reine. Impossible donc de prendre avec un moi un pied photo standard, bien trop lourd et trop encombrant. Mais voilà, sans cet accessoire, pas de photo de nuit, pas de pause longue, pas d’autoportrait rigolo… J’ai donc opté pour l’un de ces petits pieds GorillaPod, qui supportent tout de même jusqu’à 3 kg (en tous cas, c’est ce qui est écrit). En cherchant un peu, j’en ai trouvé un vraiment pas cher (pas de la marque phare Joly bien évidemment) et je m’en suis sorti pour moins de 20 euro (sans la rotule, mais j’ai utilisé celle de mon pied habituel).

En le recevant, j’ai réalisé un premier test qui me permet de valider qu’il supporte bien mon D7000 (qui ne fait pas dans la légèreté) avec mon Sigma 17-70, et j’ai un peu poussé en ajoutant un Flash :

 

gorillapod_D7000

Premier constat, ça tient… Deuxième constat, c’est très léger et ça se range facilement dans le sac à dos ! Il ne reste plus qu’à le mettre dans la valise et espérer qu’il ne sera pas trop mal traité dans l’avion.

Arrivé en Nouvelle Zélande, ce pied ne m’a quasiment jamais abandonné. J’ai pu admirer le degré de liberté offert par les “pattes” flexibles, qui permettent d’utiliser le GorillaPod pour poser l’appareil dans des endroits pas du tout prévu pour ça. La moindre rambarde, rocher, poteau, peut ainsi se transformer en pied photo ! La seule limite reste la confiance que l’on porte dans la solidité du produit, et la peur de perdre corps et âme son appareil :

Gorillapod_Inuse

 

Finalement, après ces 4 semaines d’utilisation, je suis conquis ! Je ne partirai plus en voyage sans lui. Cela dit, celui que j’ai acheté commence déjà à présenter des signes d’usures, et a vraiment perdu en rigidité. Il supporte de moins en moins facilement le poids de mon appareil. Evidemment, avec le prix que je l’ai payé, je ne m’attendais pas à ce qu’il tienne des années.  La prochaine fois, j’investirai donc dans une marque un peu plus reconnue…

 

Posté le 3/March/2013.

6 commentaires

Etes vous prêt à devenir photographe de mariage ?

L’avènement de la photographie numérique, puis la démocratisation du matériel de qualité (boîtiers réflexes), ont démultiplié le nombre de photographes passionnés. Si c’est votre cas, peut-être l’idée d’exercer une des activités photographiques phares vous a titillé : le mariage… Avez-vous les compétences ? Laurent Besnehard, photographe de mariage sur Caen, vous propose un retour d’expérience sur les différentes qualités requises, ainsi que les étapes à envisager avant de vous lancer.

Laurent Besnehard, photographe à Caen

« J’ai du matos correct, ma famille me dit régulièrement que je fais de belles photos… C’est sûr, je peux être photographe de mariage ! ». Loin de moi l’idée de vous affirmer que c’est impossible, bien au contraire, étant passé par là. Se lancer dans la photographie de mariage, sans avoir 25 ans d’expérience de photographe pro derrière, c’est possible. Mais soyons réaliste, ce n’est pas non plus accessible à tous les photographes passionnés du dimanche. L’idée vous tente ? Je vous propose de vous poser les questions ci-dessous.

Êtes-vous réellement un bon photographe ?

Laurent Besnehard, photographe de mariage sur Caen

Attention à ne pas s’enflammer suite aux compliments de grand-mamie qui aime beaucoup vos portraits du petit dernier de la famille… Sondez vos photos auprès d’un public un peu plus large et objectif, vos potentiels futurs clients ne seront pas aussi faciles à convaincre !  Et si les avis sont encore un peu partagés, entraînez vous: anniversaires, repas de famille, réveillons… la photographie de mariage, ça s’apprend. Je rencontre régulièrement des futurs mariés qui me disent avoir été démarchés par des photographes dont le book n’était pour le moins pas convaincant, voir ridicule, vous ne voudriez pas faire partie de ceux-là…

Avez-vous le bon matériel ?

La plupart des photographes vous diront que le matériel importe peu. C’est vrai. Mais peut être un peu moins vrai en mariage…

Côté boitier, point besoin d’avoir le dernier cri, mais tout de même du matériel vous permettant de shooter sereinement  jusqu’à 1600 iso. Il est également plus que préconisé d’en avoir deux : 1-pour avoir toujours à disposition un grand angle et un téléobjectif (pas question de changer d’objectif quand les mariés vont échanger les alliances !) 2-touchons du bois, mais si jamais un des boîtiers vous lâche en plein jour J, vous pourrez toujours travailler. 3-vous aurez l’air d’un pro. Pas la peine de donner un mauvais à priori au client avant qu’il ne voit vos photos…

Coté objectif, il va falloir investir dans les grandes ouvertures si vous n’en avez pas pour la faible profondeur de champs, et pour les situations de faible luminosité (mairie, église…). Des photos sans flash (ou flash d’appoint) sont la base pour vous différencier des photos de monsieur tout le monde.

Coté flash, une tête orientable sera tout de même bien utile en intérieur. Vous devez le maitriser pour être capable de le configurer en flash d’appoint, ou en débouchage des ombres.

Êtes-vous organisé ?

Laurent Besnehard, photographe de mariage sur Caen

 

Gestion des rendez-vous clients, de votre matériel le jour J, du planning et déplacement dans la journée… Une bonne couverture de l’évènement exigera beaucoup de concentration, et de méthodologie réfléchie. Il faudra être présent et prêt à déclencher aux moments et aux lieux clés, et être capable de switcher extrêmement rapidement entre les différents modes de vos appareils (entrée / sortie  de l’église et de la mairie par exemple). Tout cela demande une bonne préparation et de l’organisation.

 

Avez-vous les qualités relationnelles nécessaires ?

Dès les premiers rendez-vous avec les futurs mariés jusqu’à la classique photo de groupe, en passant par la séance photos de couple, le photographe de mariage se doit d’être serein, professionnel et agréable, mais également de savoir diriger dans la bonne humeur le couple ou un groupe de personnes pour arriver à ses fins photographiques…

Avez-vous les compétences informatiques nécessaires ?

Difficile aujourd’hui de proposer des prestations photographiques sans une certaine maitrise informatique. Au minimum, il vous faudra réaliser un site internet présentant votre activité de photographe, ainsi qu’un site pour diffuser les galeries photos de vos mariages.

Ces exigences ne vous font pas peur, et vous conforte même sur vos capacités à proposer un service de qualité? Tant mieux. Mais avant de vous lancer, un dernier conseil : exercez-vous sur quelques mariages en proposant vos services gracieusement (idéalement mariage de la famille ou de proches). Cela vous permettra non seulement de vous faire un petit book qui vous rendra plus crédible auprès de vos futurs clients, mais surtout d’acquérir une petite expérience primordiale pour ne pas vous « louper » lors de vos premières prestations officielles. Imaginez que, par un manque d’organisation, ou de maîtrise de votre matériel, vous manquez la photo du « bisous » à la mairie… Pire, que toutes vos photos dans l’église aient été prises à 1/20s, et que bien que ce ne soit pas visible sur l’écran du boitier, elles sont toutes légèrement floues. Votre maîtrise technique va être mise à rude épreuve, alors « rodez-vous », car vous n’aurez pas le droit à l’erreur !

Au final, si tout cela vous effraie un petit peu quand même, ne vous découragez pas, attendez le bon moment, et gardez à l’esprit que le jeu en vaut la chandelle : quoi de plus plaisant que de combler un couple de jeunes mariés en exerçant votre passion…

Laurent Besnehard,
Photographe à Caen

Un grand merci à Laurent pour son article, en espérant que cela puisse aider certains photographes se posant la question de devenir photographe de mariage… J’en profite pour souhaiter à tout le monde une bonne année 2013 !

Erwan

Posté le 16/January/2013.

8 commentaires

Cours et conseils sur la photographie

La photographie fait partie de la branche des arts graphiques, au même titre que la peinture ou le cinéma. Comme pour toutes ces expressions artistiques, il faut débuter par une phase d’apprentissage des techniques, nécessaire pour s’exprimer librement par la suite. Même si la parfaite maîtrise de ces techniques ne vous assure pas de réaliser les plus belles photos, elle vous permet de transcrire au mieux vos idées et votre inspiration.

Pour aborder cette série de tutoriels, je vous propose de commencer par définir un certain nombre de termes utilisés via le glossaire. Une fois familiarisé avec ces termes barbares,  je vous propose l’article suivant afin de comprendre les différents éléments constituant un appareil photo.  Il est maintenant temps d’aborder le fonctionnement des objectifs en détaillant les notions de focale et d’ouverture qui leur sont propres.  Etant donné que rien n’est jamais parfait, abordons ensuite leurs qualités et leurs défauts.

Pour continuer sur la lancée, je vous propose un petit cours sur l’exposition, la gestion de la lumière, élément essentiel pour maitriser la photographie.

Avec tout ce que l’on vient de voir, il est maintenant possible de gérer la notion de profondeur de champ pour bien maitriser le flou qui donne un aspect plus artistique aux photos.

Après toutes ces considérations optiques et mécaniques, il est temps de faire une pause en revenant à un sujet un peu moins technique : les bases du cadrage et de la composition.

Maintenant que vous maitrisez les bases techniques de la photo, voyons un peu comment votre appareil enregistre vos images, en comparant le format RAW et le format JPEG

Pour ceux qui souhaitent aller un peu plus loin, je vous propose une explication sur le principe de l’autofocus (compact et reflex).

En ce qui concerne la gestion de la lumière, je vous ai mis un article détaillant la méthode que j’ai employée afin de créer ma propre boîte à lumière, très utile pour réaliser des packshots : construction d’une boîte à lumière.

C’est déjà un bon début, mais il reste encore plein de points à aborder. Les tutoriels arriveront en fonction de mes dispos…

Posté le 12/May/2012.

3 commentaires

Les filtres ND (ou Gris Neutres)

Lorsque vous prenez une photo, votre appareil calcule l’exposition en fonction de trois paramètres : l’ouverture, le temps de pose, et la sensibilité. En plus de l’exposition, le choix de l’ouverture influe sur la profondeur de champ, le temps de pose joue sur le flou de bougé, et la sensibilité sur la qualité de l’image finale. Cela signifie donc que chacune des valeurs choisies aura une conséquence importante sur le rendu final, et que choisir la bonne combinaison n’est pas anodin.

En fonction de la luminosité ambiante, certaines combinaisons deviennent impossibles. En effet, bien que nos capteurs soient de plus en plus sensibles pour la montée en ISO, ils ont souvent une limite basse de 100, voir de 200 iso. De même, le temps de pose de l’appareil est limité à 1/4000 secondes, voir parfois 1/8000 pour les appareils plus haut de gamme. Impossible donc de descendre sous cette barre.

Diminuer la lumière

Alors, que faire si l’on veut immortaliser un portrait avec un beau flou d’arrière plan (donc en utilisant une ouverture la plus basse haute possible [merci Michel pour la correction]) lorsque le soleil est à son zénith ? Si on fixe la sensibilité à 100 iso et l’ouverture à 2.8, il y’a des chances que le temps de pose nécessaire soit inférieur à 1/4000, et donc hors des possibilités de l’appareil.

De même, si l’on souhaite produire un effet de filé (un effet de mouvement comme dans la photo ci-dessous), il y’a de fortes probabilités que l’on soit très limité sur le temps de pose possible.

Continuer la lecture…

Posté le 22/February/2012.

5 commentaires

Comment réaliser un time lapse (video accélérée) : la prise de vue

Un time lapse est une vidéo qui va diffuser des images d’une action filmée, mais en un temps beaucoup plus court. Cela donne ainsi un effet accéléré :

[FMP width=”600″ height=”338″]http://www.enviephoto.fr/flash/timelapse.flv[/FMP]

Il existe plusieurs méthodes pour réaliser ce type d’effet. On peut par exemple enregistrer une vidéo classique, puis utiliser un logiciel pour ne prendre qu’une image sur 10. Cela donnera une vidéo dont l’action sera accélérée par 10. Le problème étant d’enregistrer une vidéo de plusieurs heures…

Continuer la lecture…

Posté le 22/September/2011.

9 commentaires

Vers la fin de l’autofocus

Les systèmes de mise au point automatique intégrés à nos appareils photos sont de plus en plus performants. Mais malgré tout, ils ne sont pas à  l’abri d’une imprécision ou d’une erreur de focus ayant pour conséquence une image floue, et bien souvent inexploitable. Pour résumer le principe de l’autofocus, une lentille mobile permet de faire converger les rayons lumineux issus d’un sujet sur le plan du capteur numérique en fonction de la zone de focus sélectionnée. Seuls ces rayons créeront une projection du sujet nette alors que le reste sera plus ou moins floue (plus d’info ici).

Dans le futur, il sera peut-être possible de se passer de ce type de système. La révolution va se faire au niveau du capteur lui même. Aujourd’hui, un capteur numérique n’enregistre que l’intensité lumineuse reçue. Mais que se passerait-il si ce même capteur analysait aussi les paramètres de polarité et surtout, de direction ? La réponse est simple, le plan de netteté pourrait être calculé et la mise au point se ferait après la prise de vue (voir démonstration ci-dessous).

Cette technologie existe déjà, mais la taille des capteurs en question et le prix les rendent impossible pour une commercialisation en masse. Une start-up fait le pari de la rendre accessible à tous, Lytro.

Pour voir une démo de ce nouveau type de capteur, vous n’avez qu’à cliquer sur la photo ci-dessous pour voir le focus se faire.

 

Reste à voir si le pari sera accompli, et les performances de ce type de système. Est-ce la fin des photos floues ? A suivre…

Posté le 23/June/2011.

Ajouter un commentaire

Le principe de la stabilisation sur les appareils photo

Si l’on veut obtenir une photo nette sans mettre un pied sous l’appareil photo pour en assurer sa parfaite stabilité, il est préférable de baisser la vitesse (soit en augmentant la sensibilité ISO, soit en augmentant l’ouverture) afin de figer la scène. La règle de base est de prendre une ouverture égale à 1/ “focale utilisée”. Par exemple, sur un appareil photo plein format (Canon 5D MKII, Nikon D700, Sony a850…) avec une focale de 300 mm, il faut ainsi choisir une vitesse de 1/300 s.


Continuer la lecture…

Posté le 6/February/2011.

2 commentaires

Objectifs photo : la liste des abréviations optiques par marque

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai souvent beaucoup de mal à comprendre les abréviations qu’utilisent les différents constructeurs d’objectifs. J’ai donc décidé de récupérer sur Internet la liste (malheureusement non exhaustive) de ces termes barbares, et plutôt que de la garder pour moi, je la poste ici pour le plaisir de tous…

Continuer la lecture…

Posté le 30/January/2011.

Ajouter un commentaire