Le Sénégal – Terre de Teranga

Fin novembre, j’ai eu la chance de m’envoler vers l’Afrique noire, direction le Sénégal. Ce pays situé à l’Ouest du continent, tient son nom du fleuve homonyme. La langue officielle est le Français, mais il faut savoir que la langue parlée est le Wolof et que le francais n’est pratiqué que par les Sénégalais ayant suivi un cursus scolaire. Il faut donc s’attendre à éprouver quelques problèmes pour communiquer dans les villages situés un peu trop loin des zones touristiques. Si comme moi vous éprouvez quelques difficultés à choisir quoi emmener, je vous propose dans ce premier article une petite description du matériel que j’ai embarqué lors de ce voyage.

Le matériel photo

En allant au Sénégal, il ne faut pas s’attendre à pratiquer le safari animalier, car des animaux, il y’en a très peu… Pas besoin donc du super téléobjectif 500 mm, en tous cas pour ma part. J’ai donc pris dans ma besace mon D7000, mon Sigma 17-70. J’ai beaucoup hésité à prendre mon Tamron 70-300 qui, s’ajoutant au reste, commençait à faire peser le sac. Mais étant donné que je l’utilise assez fréquemment pour réaliser des portraits, il a fini par se faire une place tant bien que mal.
A cela, j’ai ajouté un flash metz HLV50, et un filtre polaire, un pied photo, et un élément tout à fait indispensable en Afrique, un jeu de 3 filtres ND. Si vous ne connaissez pas les filtres ND, autrement appelés gris-neutre, sachez qu’il s’agit simplement de verres opaques permettant de diminuer la quantité de lumière qui traverse l’objectif :

Cela peut paraître surprenant, étant donné qu’on recherche souvent des objectifs très lumineux ! Mais ces filtres permettent par exemple d’utiliser des ouvertures importantes (2.8 pour maximiser le flou d’arrière plan) en plein soleil, tout en conservant une vitesse inférieure au maximum de votre appareil photo (1/4000s, ou au mieux 1/8000s). Autre utilisation possible de ces filtres, réaliser des poses longues comme celle-ci (avec un pied photo en plus) :

Les filtres ND feront l’objet d’un article à part entière…
A côté de tout cet équipement, je n’ai pas souhaité prendre de PC, et donc pas de possibilité de vider mes cartes mémoires. Du coup, j’ai opté pour deux cartes SD de 32 Go, ce qui m’a laissé une bonne marge de manœuvre. Au final, cela représente beaucoup de choses à faire rentrer dans mon sac :

 Au niveau du sac, j’ai toujours préféré des sacs “rando” plutôt que ceux dédiés à la photo qui sont trop gros, et ne laissent que peu de place pour ranger autre chose que des objectifs. J’ai donc pris un range-appareil lower-pro que je mets dans un sac “The North Face”. J’accroche le pied sur le côté du sac, et ça me laisse ainsi la place de prendre tout ce qu’il faut pour partir en randonnée.

Article suivant : Le Sénégal – De Dakar à Saint Louis.

Tags: , , , , ,

Posted in photographe-lille and Reportages by adm_erwan on 30/January/2012 at 12:47.

3 commentaires

Article précédent:

3 Replies

  1. Très intéressant comme aricle, c’est vrai que c’est un dilemme de savoir quoi prendre dès lors qu’on a un peu de matos!
    Pour le sac de rando, c’est une bonne idée! Je fais souvent de la rando et c’est toujours un casse tête pour s’équiper. Par contre, comment protèges tu tes objos?

  2. Bonsoir,

    en général, je ne trimballe qu’un seul objectif en plus de celui fixé sur l’appareil. Et je l’entoure avec une serviette, ca vaut toute les protections du monde :)

    Erwan

  3. birgit Feb 21st 2012

    superbesphotos et quel travail….
    BRAVO !


Leave a Reply